retour accueil le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze Documentation
bandeau
actualités
Questions fréquentes
liens utiles
contact
Mentions légales
telechargement  Palmarès Architecture et Aménagement Limousin

videos

Journée technique de formation à l'urbanisme
la maison, qualité du projet

facebook


URCAUE
NOUVELLE-AQUITAINE
URCAUE NOUVELLE AQUITAINE
PAAL
HABITATS COLLECTIFS, GROUPÉS OU INDIVIDUELS


  LOGEMENTS SOCIAUX À LIMOGES



Construire un immeuble de logement en ville c’est prendre en compte tout à la fois les impéLogements sociaux à Limogesratifs de l’habitat proprement dit, mais aussi la problématique urbaine qui est fondamentale. Le projet se trouve à l’angle de deux voies dont l’une est un axe structurant pour ce quartier qui relie la gare à la place Carnot.

Le projet intègre une construction neuve dont le tempo est donné par la surélévation qui vient habiller le pignon un peu rude de l’immeuble voisin et crée un impact fort dans le paysage urbain. La façade conservée se décompose en deux parties : l’une percée de baies classiques derrière laquelle se développe un rez-de-chaussée et deux niveaux d’appartements et l’autre, structurée par quatre piliers engagés, qui correspondent à la partie “entrepôt” du bâtiment. C’est au-dessus de cette partie que sera édifiée la surélévation. Cette solution, qui joue les contrastes, met en scène une superstructure de volumes bardés de zinc pré-patiné, clin d’œil à la toiture de la gare de Limoges. Elle va decrescendo, assurant ainsi une transition entre le pignon voisin et la partie de l’immeuble qui n’est pas surélevée.

Logements sociaux à LimogesLe maître d’œuvre a conservé le caractère propre de chacune des autres parties composant le nouvel immeuble assurant à l’ensemble une homogénéité à travers l’enduit des façades et le traitement des baies. Ceci permet d’adapter l’échelle du bâtiment au caractère des rues qui le bordent. À ces rues moins importantes correspond donc une volumétrie plus modeste.

En ce qui concerne les logements le maître d’œuvre a privilégié la double orientation quand cela était possible. Les coursives qui évitent un désenfumage des cages d’escalier sont directement inspirées des galeries ouvertes à pans de bois qui desservent en étage les maisons du vieux Limoges. Certains appartements bénéficient de larges terrasses.



MAÎTRISE D'OUVRAGE
MAÎTRISE D'OEUVRE
NATURE DU PROJET
FIN DU PROJET
SURFACE
COÛT
Limoges Habitat
Atelier Depresle architecture et urbanisme, Bet Puychaffray, Larbre, Detretin, Beg-Esop
21 logements rue Etienne Baignol
(construction et réhabilitation)
2012
1 206 m2
1 965 000 euros