retour accueil le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze le CAUE de la corrèze Documentation
concours bois
actualités
Questions fréquentes
liens utiles
contact
Mentions légales
telechargement  Concours d'étudiants
 

Habiter le paysage en Limousin - Expérience d'architecture bois


Présentation et objectifs de l'expérience

Public concerné
- étudiants d'école d'architecture et d'université.

Objectifs généraux
- réunir des structures universitaires et une école d'enseignement supérieur ayant des statuts différents et installées dans deux régions voisines ;
- définir une politique durable dans le domaine de l'utilisation du bois dans l'architecture en Limousin.

Objectifs pédagogiques
- permettre à des étudiants de culture et de formation complémentaires de travailler ensemble sur un même projet ;
- constituer des équipes pluridisciplinaires correspondant à l'évolution des structures professionnelles actuelles et à venir ;
- apporter une réflexion sur le développement d'architectures sur des sites contraignants représentatifs des zones à relief marqué du Limousin.

concours bois
   La sélection des sites a été organisée sur l’ensemble du territoire de la Communauté d'agglomération de Tulle, après appel à candidature auprès des communes. Les sites, propriétés communales, ont été retenus dans les communes de Favars, Saint-Bonnet-Avalouze, Saint-Jal et Tulle selon les années. Ils présentent des caractéristiques physiques typiques du paysage limousin et tout particulièrement une topographie contraignante, sur laquelle peut se superposer un règlement d’urbanisme ou d’autres servitudes.

   Parallèlement ont été définis trois types de maîtres d'ouvrage désirant venir habiter et/ou réaliser un projet immobilier sur le territoire de la commune de Tulle. Les catégories de maîtres d’ouvrage sont définis dans un souci de cohérence avec les résultats de l’étude du marché du logement de la ville de Tulle, réalisée par la Société d'Economie Mixte d'Aménagement du Bas Limousin (SEMABL) en octobre 2007.
  • Catégorie A : Une famille veut faire construire sa maison. Elle est composée de sept personnes sur trois générations. Le couple actif est salarié, l’un à Tulle même, l’autre à Brive.
  • Catégorie B : Un maître d’ouvrage privé envisage une petite opération immobilière qui comprendrait son propre logement, des locaux destinés à son activité économique compatible avec la vocation du quartier, ainsi qu’un second logement destiné à la location.
  • Catégorie C : Un maître d’ouvrage public ou para-public, dans le cadre de l’aide aux personnes à faible revenu, entreprend des actions ponctuelles au gré des possibilités foncières. Il souhaite ici concevoir un habitat groupé ou collectif, économique et maîtrisant les dépenses énergétiques, permettant de recevoir trois “ménages”.
   Aux contraintes physiques et réglementaires ont été ajoutées des orientations et des prescriptions patrimoniales, paysagères, environnementales et économiques, soutenues et défendues par le C.A.U.E., depuis près de trente ans. Elles sont, de fait, en rapport avec ce que le C.A.U.E. défini comme la base d'une véritable politique de développement durable. Elles prennent en compte des aspects écologiques, sociologiques et civiques qui confèrent au projet architectural une note qualitative supplémentaire et en fait un projet urbain.
  • Insertion harmonieuse d'une construction dans son site, son environnement immédiat y compris les éléments d'accompagnement (clôture, haie végétale, plantation...) visibles depuis l'espace public ou depuis un site public éloigné.
  • Optimisation de la topographie naturelle du terrain.
  • Conservation des structures existantes cohérentes et sécurisées.
  • Accessibilité universelle.
  • Utilisation de matériaux sains.
  • Respect des réglementations thermiques et acoustiques en vigueur.
    La seule exigence en terme de matériaux de construction est l'emploi du bois du Limousin (résineux ou feuillus) mais si possible des essences endémiques résultant d'une gestion raisonnée de la production de bois. Il faut aussi penser le bois de construction en arbre poussant dans une forêt et cette forêt dans un paysage avec tous les aspects environnementaux pouvant en découler (respect écologique et esthétique du paysage, économie de transport et de transformation, retombées économiques sur les entreprises locales).

   Enfin, un dernier niveau de contraintes a été formulé : celui relatif aux souhaits des trois maîtres d'ouvrages imaginaires. Ces derniers ne constituent pas un programme d'opération trop précis (comme celui fourni par un maître d'ouvrage public) imposant, entre-autre, des surfaces de planchers pour chaque espace, ou des équipements particuliers, mais plutôt des indications générales qui caractérisent chaque maître d'ouvrage.
        
RÉSULTATS

2008/2009
2009/2010
2010/2011
2011/2012
2012/2013
2013/2014
2014/2015
2015/2016